Facebook

La maison d'enfants : le foyer transition

Voir le site Internet de la MECS TRANSITION

Le foyer Transition existe depuis 1980. Ce fut d’abord un lieu de vie puis en 1990 une structure d’accueil non traditionnel agrée pour 10 jeunes. Cet agrément évoluera au fur et à mesure du développement du dispositif qui devient en 2004 une Maison d ‘Enfants à Caractère Social de 25 places.

En 2006, l’association Transitions a fusionné avec l’association ERASME.

Population accueillie : Garçons et filles de 13 à 21 ans dont les difficultés sociales et familiales ont nécessité l’intervention du service d’Aide Sociale à l’Enfance (article L221-1 du code de l’action sociale et des familles) ou/et du Juge pour enfants (article 375 du Code Civil et ordonnance de 1945.

Missions : Dans le cadre d’un hébergement éducatif, apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique. Répondre aux besoins essentiels de ces jeunes pour assurer leur protection, leur développement physique et mental. Favoriser leur insertion sociale.

Projet : Permettre à chaque jeune accueilli de poursuivre dans de meilleures conditions son cheminement vers l’age adulte.

            Responsabiliser le jeune sur la part qu’il a dans ce qui lui arrive et aider à l’élaboration d’une solution personnelle face aux questions qui ont amené à sa prise en charge.
            Les rencontres avec les éducateurs accompagnent le jeune dans son cheminement. Le positionnement éducatif et les actes posés soutiennent cette évolution.
Le « cadre institutionnel » (lieu d’hébergement, dispositif et règles du service, modalité d’intervention des différents personnels) va permettre au jeune des confrontations faisant butées ou supports. Celles-ci sont des étapes dans l’évolution du mode de relations aux autres. Ce cadre découle de la réalité sociale dans laquelle l’ensemble de l’institution est inscrit (lois, missions de l’établissement, fonctions des différents intervenants)

Les trois services

  • L’internat :

 

 

 

 

C’est un lieu d’accueil collectif (6 places) qui a vocation à supporter chaque trajectoire personnelle. Le cadre de vie se veut de type familial et favorise la rencontre avec les autres jeunes et adultes ainsi que la référence à la norme sociale.

L’accompagnement dans la vie collective est un élément important de l’action éducative. Celle-ci se fait aussi dans l’élaboration du parcours personnel et dans les accompagnements que celui-ci nécessite (scolarité, formation, travail, loisirs, culture, soins…). Ces différentes inscriptions (individuelles et collectives) permettent à chacun le tissage de son propre lien social.

 

  • Les studios :

Installés dans une maison rassemblant ces sept studios, des espaces communs (salle à manger, salon, cuisine) et les bureaux des éducateurs, de la maîtresse de maison et du psychologue. Ils constituent un hébergement individuel (avec kitchenette et douche) où chaque jeune dispose d’un lieu qui lui est confié pour y loger.
Une vie collective peut s’y développer au gré de chacun. Elle est « à géométrie variable » en fonction des jeunes accueillis mais les règles communes qui la régule reste constante.
L’accompagnement individuel y est comparable à celui de l’internat mais l’espace de tissage n’y est pas le même car la collectivité ne s’y impose pas mais se fabrique au quotidien.
 

  • Les studios extérieurs

Ils permettent à chacun d’être accueilli dans un des 12 appartements individuels en ville tout en étant pris en charge par une institution. Ce service offre donc une possibilité pour des jeunes de se voir accompagnés dans leurs derniers pas vers le mythe de se débrouiller tout seul.
Bien sûr, le quotidien de la cité les exposera à des rencontres et des contraintes qui ne seront pas moindres qu’en structure collective, mais différentes. Elles leur permettront de travailler l’aménagement de leur rapport aux autres. L’essentiel de l’accompagnement individuel est le même que pour les autres services. L’immersion en milieu ordinaire, soutenue par l’exigence institutionnelle encadre ce type de placement, favorise l’émergence de questions sur l’avenir, le possible, l’impossible.